Importance croissante de la réputation sur Internet


Impact croissant de la e-reputation
Impact croissant de la e-reputation

 

L’entreprise et Le Web 2.0

 

Inégalités

Une étude publiée sur le blog nord américain 97thFloor  a montré que sur les 100 entreprises du classement Fortune 100, 29 étaient dotées de résultats au contenu «négatif» dès la première page de Google, lorsque l’on tape leur nom sur le moteur. Résultats négatifs, c’est-à-dire retranscription de décisions de justices défavorables à l’entreprise ou à sa marque, campagnes de dénigrements, textes de sites contestataires ou commentaires acerbes de clients ou (ex)salariés mécontents.

Sur le net, on peut donc parler de vous en bien ou en mal et l’impact peut-être très important et durable.

Déficit d’image

Plus insidieux, moins net et spectaculaire qu’une chute de cours d’actions, mais tout aussi dommageable voire davantage dans la durée, le déficit d’image ac­compagne presque systématiquement les rumeurs négatives. Ses effets sont plus difficilement quantifiables et souvent, il faudra sonder l’opinion, même des années après le buzz, pour évaluer la durabilité ou non de l’impact négatif.

Corriger votre e-reputation par un Buzz positif

In­ternet, à travers les stratégies de buzz et de marketing viral fait maintenant partie intégrante de certains plans de communications. Un buzz orchestré par les agences et leurs clients peut donc générer des retombées positives.

Les outils Web 2.0 ont fait naître un nouveau paradigme : désormais, les clients, consommateurs, patients, politiques, citoyens, entreprises, dirigeants, cadres, salariés, syndicalistes s’expriment librement sur le net. Ils peuvent se fédérer en communautés, converser entre eux, faire pression sur d’autres groupes. Tou­tes ces participations se réalisent en temps réel. Dans ce nouveau modèle de conversation en temps réel, les médias se transforment peu à peu.

On assiste à une montée progressive des médias dit Web 2.0 (laissant une large place à l’expression de l’internaute) au détriment des médias traditionnels de masse (Mainstream médias) : presse écrite, télé et radio.

D’autre part, l’internaute est de plus en plus présent dans la création de contenu en produisant ou fournis­sant du contenu sur les wikis, blogs, plateformes vidéos, bookmarks sociaux, en écrivant des commentaires sur les sites d’actualités, en donnant son avis sur des produits ou services ou en votant en ligne pour des produits ou in­formations. De plus en plus de sites ont une grand partie de leur contenu voire la quasi totalité produite par l’internaute : les commentaires d’un blog, les contribu­tions d’articles sur un site d’actualités collaboratives, les vidéos ou photos chargées sur un Dailymotion ou un Flickr, les fiches de wikis. On parle de UGC pour User Generated Content désignant tout le contenu produit par l’utilisateur de ces services.

–          93% des internautes seraient utilisateurs d’au moins un service Web 2.0 (soit 58% des français), dont 73% pour les forums et 66% pour les blogs, révèle l’enquête TS Sofres de janvier 2008

–          75% des utilisateurs du Web 2.0 sont contributeurs sur au moins un service : réseaux communautaires d’abord puis forums, sites de partage de photos, blogs et chats.

Ces internautes, en collaborant activement au contenu publié sur le net consti­tuent autant de «micro-médias» susceptibles de donner un avis sur une mar­que, une entreprise, un individu et de faire ou défaire leur e-réputation ou du moins, d’y contribuer.

Importance croissante de la réputation sur Internet :

–          Les Français accorderaient 2 fois plus de crédit à l’avis d’autres consommateurs sur le net qu’à une publicité

–          75% des utilisateurs Web 2.0 ont l’habitude de regarder les avis des autres consommateurs avant d’acheter un produit

–          44% des utilisateurs Web 2.0  déclarent ne pas avoir acheté à cause de ce qu’ils ont pu lire sur internet (contenu écrit par d’autres clients)

–          13% des salariés ont l’habitude de regarder les avis des salariés d’une entreprise dans laquelle ils envisagent de travailler 

–          55% des utilisateurs du Web 2.0 ont déjà donné leur avis sur des entreprises ou marques dont ils sont clients et 20% sur des entreprises considérées com­me ayant mal agi. 

Internet est donc une formidable opportunité pour accroître sa visibilité à moin­dre coût, tisser des liens durables avec ses publics privilégiés et étendre son influence.

Il faut donc savoir tirer partie du réseau pour booster ses marques et parts de marché.

Source : extraits du Livre Blanc Digimind, Novembre 2009

Auteur: QSN-DigiTal / Frédéric Foschiani / http://www.qsn-digital.com

Une réflexion sur “Importance croissante de la réputation sur Internet

  1. Un billet que j’ai lu avec intérêt.

    Tout l’enjeu derrière l’e-réputation vient de l’augmentation des contenus sur Internet, ce qui les rend difficiles à repérer. Surtout quand on sait que les conversations se développent sur le Web informel : réseaux sociaux, Twitter, blogs, fora…

    La recherche, la collecte et l’analyse de ces données restent plus que jamais du ressort de l’humain, et requièrent des spécialistes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s