eReputation et fraude d’influence…(épisode 5) : lutte contre les faux avis de consommateurs – retour sur le cas RJ ELLORY


Dans la série d’articles de ce blog sur les faux avis de consommateurs, l’actualité m’incite à reparler du sujet.

Quant avant l’été un journaliste me contacte de nouveau pour obtenir mon avis sur ce sujet, je m’efforce alors de préciser qu’il ne faut pas aborder uniquement cette problématique concernant les activités de voyages et d’hôtellerie.

Bien sûr, c’est par ce domaine que le scandale a fait surface. Mais il ne faut pas se leurrer, d’autres activités usent des mêmes travers.

Tout comme dans le sport, où le dopage serait l’apanage de quelques disciplines (?), il faudrait vraiment être naif pour croire que la fraude aux commentaires se limite à une seule activité professionnelle.

 

Mais alors, lesquelles ? Potentiellement, toutes !

 

Banque, Finance, Assurance, produits de consommation,…à qui le tour ?

 

Pour l’exemple, on m’a même demandé si je pouvais faire ce genre d’action pour promouvoir un produit…anti-poux !

 

Rien de surprenant donc qu’un auteur crée lui-même des commentaires élogieux sur les sites de vente en ligne de ses livres à l’aide de différents pseudos, tout en dénigrant d’autres auteurs.

C’est le cas de RJ ELLORY, révélé ces jours-ci par la presse étrangère et française.

Quelques liens vers des articles de presse française :

 

Au final, RJ ELLORY se retrouve avec une eReputation qui le suivra un certain temps…si l’on se base sur la 1ère page de résultats d’une recherche Google:

 

L’autre actualité sur le même sujet vient d’une étude révélée par 20Minutes.fr portant sur le site de notation Yelp. On nous révèle que des économistes de l’Université de Berkeley en Californie affirment qu’un restaurant a 19% de chances en plus d’être complet le soir lorsque sa note passe de 3,5 à 4 étoiles sur ce site. Rien de très nouveau, si ce n’est qu’il s’agit d’une nouvelle preuve sur le fait que les risques de fraude aux commentaires ne se limitent pas à la réservation d’hôtels.

D’ailleurs, les applications mobiles de géolocalisation du type Foursquare peuvent connaître les mêmes dérives avec un impact extrêmement puissant sur l’eReputation d’un lieu en temps réel.

 

La mission de l’AFNOR visant à fiabiliser les avis de consommateurs sur internet ne sera pas simple à mener à terme, d’autant que l’organisme fait déjà l’objet de critiques (Voir les critiques de Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH, Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, sur le groupe AFNOR chargé de cette réflexion).

 

Auteur : Frédéric Foschiani – QSN-DigiTal – www.qsn-digital.comwww.blog-ereputation.com

Retrouvez les autres articles de ce blog sur les faux avis de consommateurs :

eReputation et fraude d’influence…(épisode 4): lutte contre les faux avis de consommateurs

eReputation et fraude d’influence…(épisode 3): lutte contre les faux avis de consommateurs

eReputation et fraude d’influence…(épisode 2): lutte contre les faux avis de consommateurs

Ne pas confondre eReputation et fraude d’influence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s