Comment les réseaux sociaux bousculent la Théorie de Milgram


C’est en préparant un cours de Personal branding pour les étudiants d’une école de commerce que j’ai réalisé à quel point la Théorie de Milgram avait été bousculée ces dernières par le développement croissant des réseaux sociaux.

Pour rappel, Stanley Milgram (1933-1984) est un psychologue social américain, principalement connu pour 2 expériences.

La 1ère, L’expérience de Milgram, avait été mise en scène dans le film I comme Icare. Il s’agissait d’une série d’expériences sur la soumission à l’autorité visant à estimer à quel point un individu peut se plier aux ordres d’une autorité qu’il accepte, même lorsque cela entre en contradiction avec sa conscience.

L’autre expérience, celle qui nous intéresse aujourd’hui, concerne la théorie des 6 degrés de séparation ou l’expérience du petit monde.

En 1967, Milgram reprend une idée développée en 1929 par Frigyes Karinthy : la théorie des six degrés de séparation. Milgram essaie de démontrer que tout être humain peut assez facilement être relié à un autre par une chaîne de relations sociales afin de prouver à quel point notre monde est petit.

 

Pour cette expérience, un agent de change de Boston est choisi comme « individu-cible », et trois groupes de départ d’une centaine de personnes chacun sont constitués aléatoirement, l’un composé d’habitants de Boston choisis au hasard, le deuxième d’habitants du Nebraska choisis au hasard, et le troisième d’habitants du Nebraska aussi, mais qui présentent la particularité d’être détenteurs d’actions.

Chaque individu de ces groupes de départ reçoit un dossier décrivant l’expérience et l’individu-cible (son lieu de résidence et sa profession en particulier), et a pour mission de faire parvenir ce dossier par la poste, soit directement à l’individu-cible s’il le connaît personnellement, soit à une personne qu’il connaît personnellement et qui a une plus grande probabilité de connaître personnellement l’individu-cible.

Sur les 217 individus qui ont participé à l’expérience et ont expédié le dossier à une de leurs connaissances, 64 dossiers sont parvenus jusqu’à l’individu-cible, au terme de chaînes de connaissances de longueurs variables, mais dont la longueur moyenne était de 5,2 intermédiaires.

 

A n’en pas douter, si cette expérience peut être considérée comme l’origine du principe fondateur des réseaux sociaux actuels, nos moyens de communication et particulièrement ces fameux réseaux sociaux ont considérablement modifié la théorie historique des 6 degrés de séparation.

 

Tous ceux qui aujourd’hui utilisent les réseaux sociaux peuvent d’ailleurs vérifier qu’il est très facile d’entrer en contact avec des relations de relations…et constater que la longueur moyenne des intermédiaires à été réduite de moitié par rapport à la théorie historique des 6 degrés de séparation.

 

J’ai donc tenu à vérifier cette hypothèse avec mon profil LinkedIn afin de tester la théorie de Milgram et la mettre en perspective par rapport à l’utilisation d’un réseau social.

 

Pour ce test, il fallait trouver un’ individu-cible’ inaccessible comme l’avait fait Milgram. Compte tenu de l’aspect global des réseaux sociaux, il me semblait évident de relever la barre de la difficulté avec un profil international.

C’est donc ‘tout naturellement’ que j’ai déterminé mon ‘individu-cible’: Barack Obama, Président des Etats-Unis d’Amérique. Le résultat fut tellement inattendu que j’ai décidé de ‘valider’ ce test avec d’autres personnalités.

 

Les résultats sont les édifiants:

– Barack Obama: 2 niveaux de séparation

– Hillary Clinton: 3 niveaux de séparation

– Bill Gates: 3 niveaux de séparation

 

J’oubliais, je suis en contact direct avec Brad Pitt. Pas celui auquel vous pensez, le mien est Directeur dans une société informatique…

 

Si l’on écarte les risques d’homonymie, on peut donc oser prétendre que la théorie historique des 6 degrés de séparation est passée à 3 degrés de séparation en seulement 43 ans.

 

Faites le test…!

 

Auteur: Frederic Foschiani / QSN-DigiTal / http://www.qsn-digital.com / http://blog-ereputation.com / http://www.facebook.com/qsndigital / http://twitter.com/qsndigital / http://twitter.com/ffoschiani

2 réflexions sur “Comment les réseaux sociaux bousculent la Théorie de Milgram

  1. Tiens, marrant, je me suis focalisé sur Obama aussi !! Je suis à 4 niveaux (je connais qqn qui connait qqn qui connait Sarko qui connait Obama). Mais comment valider cette théorie avec Linkedin (que je n’ai pas…) ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s